+330154440725 doctor@medcompil.fr

Les médicaments contre la dysfonction érectile (ED) fabriqués avec des inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 étaient associés à un risque accru modeste mais significatif de mélanome malin, selon une étude menée en Suède sur des hommes publiée dans le numéro du 23/30 juin du Journal de l’American Medical Association. Cependant, les auteurs se sont demandé si cette association était causale ou confondue avec des facteurs liés au mode de vie.

L’enzyme phosphodiestérase de type 5 (PDE5) est la cible des médicaments contre la dysfonction érectile par voie orale. Il fait également partie d’une voie impliquée dans le développement du mélanome malin, ce qui soulève des questions quant à savoir si les inhibiteurs de la PDE5 utilisés pour traiter la dysfonction érectile peuvent favoriser le mélanome malin. Un risque accru de mélanome cutané suite à l’utilisation du médicament ED, le sildénafil, a été récemment rapporté dans une étude basée sur 14 cas de mélanome malin chez les hommes prenant des inhibiteurs de la PDE5.

Les inhibiteurs de la PDE5 sont les médicaments les plus couramment prescrits pour le traitement de la dysfonction érectile. Compte tenu de la fréquence à laquelle ces médicaments sont utilisés, un soutien supplémentaire à une association causale avec le développement d’un mélanome malin aurait des implications importantes, selon des informations de base dans l’article.

Dans la présente étude, Stacy Loeb, MD, MSc, de l’Université de New York, New York, et ses collègues ont examiné l’association entre l’utilisation d’inhibiteurs de la PDE5 et le risque de mélanome malin. Ils comprenaient des données du registre suédois des médicaments prescrits, du registre suédois du mélanome et d’autres registres de soins de santé et bases de données démographiques en Suède. Les chercheurs ont identifié des cas de mélanome diagnostiqués de 2006 à 2012.

Plus:  Problèmes coquins

Sur 4065 cas de mélanome, 435 hommes (11%) avaient rempli des prescriptions d’inhibiteurs de la PDE5 (sildénafil, vardénafil ou tadalafil), tout comme 1713 hommes sur 20 325 témoins (8%). L’analyse a indiqué une augmentation modérée mais statistiquement significative du risque de mélanome chez les hommes prenant des inhibiteurs de la PDE5. Cependant, les hommes avec plusieurs ordonnances remplies n’avaient pas un risque plus élevé que ceux avec une seule ordonnance.

Les inhibiteurs de la PDE5 étaient significativement associés au mélanome à un stade bas, mais pas au stade élevé. L’utilisation d’inhibiteurs de PDE5 était également associée à un risque accru de carcinome basocellulaire (9% pour les cas vs 8% pour les témoins).

Le risque accru associé était similaire pour les inhibiteurs de la PDE5 à action courte et longue; les estimations des risques étaient similaires pour le sildénafil, le vardénafil ou le tadalafil. Les hommes qui prenaient des inhibiteurs de la PDE5 avaient un niveau d’éducation et un revenu annuel plus élevés, facteurs qui étaient également associés de manière significative au risque de mélanome.

«Dans l’ensemble, le modèle d’association soulève des questions quant à savoir si cette association est causale. Au contraire, l’association observée peut refléter la confusion des facteurs liés au mode de vie associés à la fois à l’utilisation des inhibiteurs de la PDE5 et au mélanome de stade bas », ont conclu les auteurs.

Source: https://www.mdlinx.com/article/erectile-dysfunction-drugs-associated-with-small-increased-risk-of-malignant-melanoma/lfc-36