Des chercheurs de la London School of Hygiene & Tropical Medicine ont découvert que les hommes qui prenaient du sildénafil, du tadalafil et du vardénafil n'avaient qu'une très légère augmentation du risque de mélanome malin par rapport à un groupe témoin, ce qui semblait s'expliquer par une plus grande exposition au soleil.

Les trois médicaments sont connus pour inhiber l'enzyme phosphodiestérase de type 5 (PDE5), et une expression réduite de cette enzyme a été liée à une croissance accrue des cellules de mélanome in vitro. Les études épidémiologiques sont donc importantes pour examiner la possibilité d'une augmentation à long terme du risque de mélanome chez les hommes prenant ces inhibiteurs de la PDE5 pour la dysfonction érectile.

Des études antérieures sur une augmentation possible du risque de mélanome chez les hommes à qui on a prescrit l'un des médicaments sont arrivées à des conclusions contradictoires, et par conséquent Anthony Matthews et ses collègues ont mené une vaste étude chez des hommes britanniques, en utilisant des données anonymisées du Clinical Research Practice Datalink.

Cette étude impliquait une comparaison de 145 104 hommes ayant prescrit un inhibiteur de la PDE5 avec 560 933 témoins. Les chercheurs ont observé une légère augmentation du risque de mélanome cutané (rapport de risque ajusté 1,14, IC à 95% 1,01-1,29, p = 0,04). Cependant, des augmentations similaires du risque de carcinome basocellulaire et de kératose solaire, qui sont connues pour être liées à l'exposition au soleil, ont été observées, alors qu'il n'y avait pas d'augmentation du risque de carcinome colorectal, qui n'est pas lié à l'exposition au soleil.